When I tried arabic

اذ احبك القمر بهلاله، لا تهمك النجوم اذ مالت.و إذ نزف قلبك هياما، بكل قطرة مطر أمطرت أملأه. 

و اذ عشقت المطر باردا، لن اعشق الشمس يوماً.

و اذ اعميت رملا، دموعي تشلل عيناك و رياحي جففتها. 

و طالما تثمل روحي بولعك، أجوفي تستنشق.

و طالما روحي تفتقد حبك ، لكلامك أستلجؤ.

و اذ كنت رملا أمكث ماء،أملً أن تعتطشني. 

و اذ أحببتني وهماً، تمنيت لو بات وهمك أبدياً. 

Agonie 

27/09/2016Vous l’avez vu ? Ce petit chat tout blanc qui rôdait dans notre lycée depuis plus d’une dizaine de jours ? La dernière fois que je l’ai croise, il se faufilait à travers les barrières de la porte, l’allure paisible, en parfaite santé. Je m’étais alors dite qu’ici plus qu’autre part il serait en sécurité, non ? 

Eh bien, il s’avère que je m’étais trompée. Certaines personnes n’ayant certainement jamais connu une quelconque douleur physique n’ont eu aucun scrupule envers ce chat, qu’ils ont sûrement pensé être insensible, seulement cet être était vivant sans défense et pouvait sentir chaque coup que l’on a pu lui donner. 

Accompagnée cet après midi de deux amies, nous traversions la cour de notre lycée quasi vide, l’air de rien, avant que je n’aperçoive ce même chat blanc, que j’avais vu quelques jours avant en parfaite santé, caché dans un petit coin sur du gazon. Instinctivement je le pris dans mes bras, chose que je n’avais jamais faite auparavant seulement, cette fois ci, une pulsion inconnue ou peut être est ce mon instinct qui me poussa à le porter jusqu’à la table où nous étions assis. Nous n’avons pris conscience de son état qu’après un court moment. Les babines pleins de bave visqueuse, et la bouche grande ouverte afin d’inspirer le plus d’air possible, ce chat était à l’agonie, peut être même à quelques instants d’une morte certaine. Ce chat aura toujours pour moi le prénom « agonie ». Nous avons pensé d’abord que la faim et la soif lui tordait l’estomac, nous lui avons acheté du pâté qu’elle était incapable même d’approcher, de part sa souffrance. L’évidence se présentait donc à nous, ce chat agonisait et allait mourrir devant nos yeux impuissants. La seule solution qui s’offrait à nous était de l’emmener au vétérinaire.

Je n’ai pas pu accompagner mes amies au vétérinaire, cest alors le cœur fendu en deux et l’âme toute chamboulée que je regagnais mes obligations personnelles, l’esprit complètement occupé par le sort d’Agonie. 

La vétérinaire s’est avéré être une femme extrêmement honorable et s’estoccupée  directement d’Agonie. 

Agonie qui était donc complètement déshydratée, gravement traumatisée par de nombreux coups reçus qui lui ont causé un déplacement total de tout ses organes , le pronostic était clair: Agonie était à quelques pas d’une morte certaine, et n’a plus aujourd’hui que 80% de chances de survivre pour une durée de peut être seulement 2 à 3 mois. 

Agonie est un chat parmi des milliers. Un chat que j’ai pensé en sécurité dans un lycée où nous sommes censés être conscients de la valeur d’un être vivant que ça soit une mouche, un chat, un chien ou un mufle. La torture animale est un acte atroce, abominable et religieusement impardonnable. 

Nous veillerons à ce que Agonie aille mieux et nous la visiterons chaque jour chez sa vétérinaire jusqu’à son total rétablissement que nous prions être possible.

Mais nous sommes rares à faire cela, on se doit de comprendre que tout être vivant ressent, souffre et peut mourrir. Les animaux ne sont pas des objets ou des jouets. Ce sont des êtres qui n’ont personne pour les défendre sauf nous, soyons humains, nous avons vu des Millers d’enfants mourrir à travers le monde innocemment, ces animaux sont tout autant innocents et pures, ne les maltraitez pas.   

#touscontrelaviolenceanimale 

27/09/2016

Aujourd’hui nous avons rendu visite à agonie. Elle allait mieux, respirait plutôt bien. Nous avons alors décidé de lui faire passer une irm, pour savoir si elle avait bel et bien une hernie du thorax.  

A son retour au cabinet du vétérinaire, son état s’est aggravée, elle ne pouvait plus respirer, l’hernie a eu raison d’elle, elle a rendu l’âme. Agonie est morte aujourd’hui à cause de l’un ou de l’une d’entre nous, une âme est perdue mais agonie restera à jamais dans nos cœurs. Ce si joli chat blanc que j’ai un jour aperçu dans les couloirs de mon lycée, n’y rodera plus, peut être est ce meilleur pour elle, elle trouvera la paix dans l’au-delà. 

Nous lui avions chacune donne un surnom instinctivement, je l’avais appelle Agonie. Salma l’avait appelée boule de neige pour son si beau pelage blanc et son incroyable douceur.

Nous avons toute les trois aimé ce chat en moins de 48h,elle était notre petit bébé, nous l’avons sauvé, nous aurions tout doné pour elle, nos esprit étaient constamment avec elle, c’était notre bébé. Elle était si belle, si tendre, tellement effrayée, mais malgré tout nous étions capables de percevoir la confiance qu’elle avait en nous. 

Pendant deux jours, j’ai appris ce que la douleur pouvait faire ressentir à un être même aussi petit, mon cœur en est brisé. 

Nous prions pour elle, et remercions notre formidable vétérinaire qui a été d’un honneur et d’un respect hors norme, Mme Kenza Bakkali .

Ne maltraitez plus nos animaux, ces petites choses sont d’une tendresse infinie, d’une loyauté sans égal et d’un amour innocent. Gardez le peu d’humanité qui reste en vous, la roue tourne, à chacun son tour. 

Tu es gravée en nous, Agonie.

Femme étoile 

Femme étoile. Femme soleil. Cheveux aux vents, rires aux éclats. Âme scintillante, yeux pétillants. Cher Sourire qui ne me quitte point. Chères Larmes que je ne connaîtrais jamais. Chère vie, premier amour, cher bonheur, premier souhait. Aujourd’hui je brille de mille feux , je laisse en un passe outrageux une noirceur que jamais mon cœur n’a su porter en lui. La lumière au bout du tunnel m’aveugle presque. L’air que je respire nest plus que joie et ataraxie. Le visage illuminé,le sourire vrai. Les jours défilent sans plus jamais s’éterniser. Fidèle bonheur, qui bras dessus bras dessous, m’épaule dans mon éternité . Femme accomplie que je rêve d’être, ne les regarde pas. paupières lourdes, pensées affluantes, tu observera un reflet qui semble être tien. Un million de yeux scrutant ton être. Un million de regards,de jugements,d’avis. Un millions de miroirs,de reflets. Pour ce qui ne paraît être qu’un seul corps. Tel des assauts, ils t’emprisonneront dans leur esprits. Femme étoile, l’arène ne te sied point. Laisses donc ta lumière les illuminer. Ouvre grand ton cœur, ne le couvre plus et apprend leur a aimer. Offre leur tes prunelles, pour qu’ils découvrent que brindilles de la beauté qui émane de ton regard. Admires le bleu du ciel sans jamais penser aux brumes qui soufflaient auparavant. Femme étoile, ne file pas de ce ciel que tu as sauvée, ta lumière l’empêche de, chaque jour, verser des torrents. Oh chère étoile, merci de vivre en moi. 

One morning 

 One morning, I woke up to the wave’s sound, to an ataraxia I’ve finally found. I woke up breathing, breathing an air I’ve never even wished to know. I woke up not thinking about the way you used to look at me, not daydreaming about the way you used to hold me in your arms. I didn’t smell you perfume around me, on me, in me. Your ghost didn’t haunt me, your face wasn’t that clear in my head. Your fingers, your touch weren’t on every inch of my body. My heart wasn’t heavy anymore, my cheeks weren’t wet, I wasn’t breathing for you. There was no memories to fight, no feelings, no demons. One morning, I wake up to myself, to the beautiful beats of my Heart, not yours, I woke up falling in love with myself, not with you, I woke up understanding you’re not the best thing I never had, I’m the best thing you’ll ever had. 

Beauty

 I believe in a better world, in a world with true people, a world full of emotions and feelings, not that I’m one of those extra sensitive people. It’s Just that today is the day I start believing in the beauty I am capable to see in everyone and everything. I used to believe I was extra-reacting, extra-feeling, today I understand I’m just one of those who have the incredible and rare power and ability to really feel, love, live and compassionate. So I start to believe in the beauty this world will be overwhelmed by, in one day, one year, ten years or a thousand years. I believe people are beautiful, I believe I’ll never meet 99% of the most beautiful people in this earth, and I’m already hurt for that, but I’m still thankful for that 1% I’ll know. Today I feel pity for people who can’t see beauty, for people with a little mind, I really do hope they’ll one day learn to feel,to love, to live truly and not through their empty body and soul. I used to lost time in second chances, trying to believe every human being is somewhere beautiful, it’s true, the problem is, some people have only superficial beauty while others breathe beauty. This is why at some point of your life you will send away some people from your life, because they are just not it, they don’t see the real beauty in you, they don’t love you enough. They are just empty. While you are much more, so you’ll need to be done with them. And once people like us are done, they really are. So open you eyes wide open, see real beauty, appreciate it, breathe it, let it overwhelm your soul but don’t ever let superficial beauty poison your soul, because you need to always remember you are so much more, you deserve much more, you’re worth it. 

Premier regard 

Il était d’une beauté étourdissante et devant lui, malgré le brouhaha de la foule formant un bruit de fond, je me sentais seule pour quelques secondes. Mon cœur battait à un rythme que je ne connaissais plus depuis plusieurs mois, depuis lui. Si je dis que j’aurais un jour cru que je pouvais ressentir ca à nouveau, je mentirai. Mon Coeur n’avait battu de cette façon que pour lui, et maintenant que cela m’arrive encore une fois, je ne sais pas quoi penser. Je ne sais pas si je le trahis ou si je me trahis moi-même, de penser a un autre aussi fort que lui. Mais il est beau, encore plus beau que lui et je n’y crois pas. Mon esprit est hanté par la vision parfaite de son visage, son sourire presque effrayant tellement il est beau, ses yeux d’un brun envoûtant et son charisme naturel. Les profondeurs obscurs et ténébreuses de mon âme sont bouleversées par l’effet qu’il me fait, encore plus intense que ce que je ressentais avec Lui. Je ne veux pas, je ne veux plus ressentir ca, je ne veux pas m’affaiblir a ce point. Pourtant je ne cesse de penser a lui, à son visage, à son sourire, aux bouffées de chaleur qui l’envahissement lorsque je l’aperçois, à mon état d’euphorie. Et je suis perdue, je ne sais quoi penser, quoi faire, quoi dire, je ne veux pas accepter cette situation, cette attirance. Ma conscience est en conflit avec mes sens. Mon esprit me régente vers la route de la solitude et mon Coeur me plonge dans un océan vaste ou tout mes sentiments se prolifèrent et me laisse impuissante et perdue. Et moi qui disait ne plus vouloir espérer, J’ai l’espoir qu’un jour, que Des cendres dont je suis faite, quelque chose renaît.

L’étrangère sur la rue 

Je suis l’incompréhensible. Je suis l’étrangère sur la rue. Je me sens tellement étrangère à ces choses la. Ou est passe mon passé ? Mon présent ? Mon futur ? Je ne suis plus que souffrance et douleur. Je suis devant l’incohérence que mes mots traduisent. C’est l’incompatibilité de la vie. Le bonheur ne me correspond pas. Le bonheur vous prend pas derrière et vous poignarde. Le bonheur n’est il pas l’invention de l’homme ? En réalité à quoi bon ? Insensé. Tout est insensé. La vie n’est rien. La vie n’est que le vent fort d’une tornade, c’est le malheur du bonheur. Le combat entre le faisable et l’infaisable. 

Hantise

Une étendue bleu, si bleu que mes pensées pourraient s’y confondre. Si nbleu que même mon esprit tordu abandonnait l’arène. Toute mon âme ne voulait plus rien, toute mon âme ne voulait que paix et ataraxie. Pourtant je ne pouvais obtenir cela. La vie ne m’offrirait pas ça. Ce qui aurait pu un jour se réparer, est maintenant à mes yeux, cendres, même mes plus petits morceaux brisées ont pris feux, pour n’être à présent qu’une poudre grise. Jai souvent pensé que ces petits moments de tristesse profonde, ces moments d’abandon absolu et d’amertume dépressive, ne représentaient peut être pas ma vie, ma personne, et ce que je suis. Seulement ces petits moments deviennent fréquents et même en m’accrochant de toutes mes forces au déni, je sais au plus profond de mon être, qui se voit résider dans mon cerveau, que ces moments sont ce que je suis, sont ma vie, et ma personne, ces moments seront les hantises de ma vie, ces moments seront tel des vautours qui me poursuivront jusqu’à la fin, et qui feront probablement de ma vie, un brouillard sombre, amer et insensé et l’une de mes peurs les plus intimes est que ce brouillard soit un jour la seule incarnation de mon existence. Mon existence qui n’a jusqu’aujourd’hui pas valu la peine d’être vécu. Et je sais que ces mots, mes mots qui sont à cet instant précis une délivrance suprême, me hanteront à leur tour un jour et seront eux aussi une trace inextinguible de cette période sombre de ma vie. 

Sound of my voice

Mon coeur bat, mon esprit fulmine et ma raison en hallucine presque. Qui suis-je? qu’ai-je fait? où vais-je? aucune pensée cohérente ne me parvient , juste un amas de questions et d’appréhension. Crainte? Peur? Doute? Le timbre de ma voix ne lui est-il réellement pas inconnu après si peu de temps ? Mes pas ont pris leur propre lancée tandis que me voici assise les jambes croisées, le noir m’enveloppant et la solitude m’épaulant, pensant un être, un corps, un visage, un emballage qui m’émeut temps. Qu’ai-fait? Où ai-je trouvé tout ce courage, cette bravoure, cette hardiesse ?

Pourtant, mon être est vide, qu’ai-je encore brisé ? Est-ce seulement une impression ou ai-je soutiré à mon âme cette chose qui lui est si chère ? 

Bon Dieu où suis-je? Devrais-je m’accrocher à mes litanies et abdiquer à un destin auquel je n’ai jamais cru ? Aurais-je par malheur ce soir la, sombré dans ma perte? Pourrais-je ne serait-ce qu’assumer mes actes? L’impression que ma lucidité m’ait quittée, me submerge. Ressens-je une quelconque émotion ? Suis-je vers le chemin menant au regret ? Connaitrai-je enfin ces sentiment auquel j’ai jusqu’à présent échappée. 

Je ferme les yeux et laisse la brume m’envelopper, m’envahir et me submerger. Bonheur ou malheur ? Tout repose là. Bonheur ou malheur? La question se ressasse, s’impose, s’installe. Qu’ai-je fait ? Bon Dieu qu’ai-je fait ?